TEMEDT, Association pour la Consolidation de la paix, le développement, la protection et la Promotion des Droits Humains

Bienvenue sur notre blog

La communauté noire Kel tamasheq réclame la suppression de toutes les pratiques esclavagistes

Classé dans : Articles — 18 mars, 2008 @ 12:28

Le président de l’Association TEMEDT, Mohamed Ag Akeratane revendique l’identité culturelle de cette communauté noire Kel Tamasheq que d’aucuns appellent les « Bellas ». Ce mot très péjoratif qui signifie dans l’imaginaire populaire « esclaves » veut dire selon les conférenciers « cousins » en songhoi. Cependant, Ag Akeratane reconnaît, qu’il y a des séquelles de sociétés esclavagistes féodales et que sa communauté est la victime de celle-ci et porte en elle les frustrations de ce passé. « Nous sommes convaincus que les pratiques esclavagistes existent. Il faut les reconnaître. Nous avons les mêmes réalités que le Niger où des milliers de personnes sont sous le joug de l’esclavagisme. Au Nord Mali, le pouvoir encourage cet état de fait avec les liens sinon la complicité que les cadres administratifs de l’Etat nouent avec les plus forts au détriment des autres. Notre histoire a été écrite par les autres maintenant, nous allons nous-mêmes écrire notre propre histoire à travers les recherches déjà disponibles » a déclaré Abdoulaye Mako, secrétaire à l’organisation de l’association et par ailleurs président du RAMAT. 

Dans la déclaration liminaire lue par ce dernier, on relève que l’Association pour la consolidation de la Paix, le développement et la protection et la promotion des droits humains « TEMEDT » a été créée suite au forum tenu à Ménaka du 10 au 12 août 2006. Le tamesheq est leur langue et véhicule leur culture. Ils pratiquent essentiellement l’élevage et sont présents dans les régions de Kidal, Gao, Tombouctou et Mopti, dans tous les cercles du Mali où ils vivent de petits métiers (ouvriers, agricoles, bûcherons, maçons, ouvriers sur tous les chantiers, petits commerçants, miniers, fonctionnaires, etc.). Selon Macko, sa communauté a participé à toutes les grandes œuvres de la construction nationale. Cette communauté très dynamique est présente au Niger, en Cote d’Ivoire, au Sénégal, au Burkina Faso, etc. 

Le Forum de Ménaka qui a vu naître cette association a recommandé entre autres, le renforcement de la sécurité par la mise à disposition des moyens accrus aux forces armées et de sécurité de notre pays, la récupération immédiate et sans condition des armes légères en circulation, la suppression de toutes les formes de pratiques esclavagistes, la tenue d’un colloque international sur l’histoire de la communauté noire Kel Tamasheq, la mise en œuvre de la convention sur la diversité des expressions culturelles. Enfin, notons que TEMEDT entend mener des actions de plaidoyers et défense des droits humains, l’organisation de manifestations artistiques et culturelles, les recherches, investigations, conférences, débats et publications. 

Par Chahana Takiou, tiré de L’Indépendant n° 1598 daté du vendredi 17 novembre 2006. 

Un commentaire »

  1. Gras dit :

    bonjour, erci pour ce billet interessant (comme souventc !) ; heureusement que tu as precise : « la suppression de toutes les formes de pratiques esclavagistes » :) on aurait eu du mal a saisir l’ewsentiel :)

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Les anciens de cusset Rhône |
la difference entre les gens |
Vae Victis, Malheur aux vai... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SEL de la Forêt de l'Hautil
| Cantine Califontaine
| A2Main(s) Chantier d'Insertion