TEMEDT, Association pour la Consolidation de la paix, le développement, la protection et la Promotion des Droits Humains

Bienvenue sur notre blog

L’Association « TEMEDT » aux avant-postes

Classé dans : Articles — 18 mars, 2008 @ 12:30

En initiant la présente session de formation à l’intention de ses membres des régions, l’Association pour la consolidation de la paix, le développement, la protection et la promotion des droits humains, entendait non seulement renforcer les capacités des participants sur la question, mais également exprimer son adhésion à l’idée que la prise en compte de la dimension des droits fondamentaux est partie intégrante de tout processus pour la lutte pour la consolidation de la paix et de la stabilité. 

Du 4 au 7 janvier dernier, la cité des Askia (Gao) a servi de cadre à la tenue de la session de formation en droits humains. Organisé par l’Association pour la consolidation de la paix, le développement, la protection et la promotion des droits humains, « TEMEDT » (qui signifie solidarité, fraternité et équité en tamasheq) cet atelier a regroupé plus d’une soixantaine de participants membres de structures de Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Kidal, et du District de Bamako. 

Pendant quatre jours de travaux, marqués par des échanges fructueux autour des points inscrits à l’ordre du jour, les participants se sont familiarisés avec des notions relatives aux droits de l’homme à travers plusieurs communications sur des thèmes comme « la genèse et l’évolution des droits humains », leur contenu, « la définition et les formes d’esclavage », « les mécanismes juridictionnels de protection des droits humains », « les préceptes de l’islam et l’égalité », « la citoyenneté et la bonne gouvernance », « les problèmes de justiciabilité et les mécanismes non juridictionnels de la protection des droits humains », etc. 

Ce qui fera dire au gouverneur de la région, le colonel Amadou Baba Touré, que l’initiative de la tenue de la présente session de formation est d’une importance capitale, tant la question des droits de l’homme est fondamentale dans un pays de démocratie comme le notre. Assurant de la disponibilité des autorités politiques et administratives de la 7ème région dans l’accompagnement de toute action s’inscrivant dans cette dynamique, le chef exécutif régional a exprimé l’engagement constant de sa région en faveur de la consolidation de la paix et des liens de fraternité spécifique à la nation malienne. 

La représentante de l’Ambassade des Etats-Unis n’en dira pas moins. Pour le partenaire américain, l’objectif visé par sa présence à cette circonstance est le témoignage éloquent du souci de renforcer et de réitérer son engagement à soutenir les efforts de l’association « TEMEDT » et à travailler ensemble dans la dynamique de la promotion et de la défense des droits de l’homme. 

Le président de l’association, M. Mohamed Ag Akeratane, a, quant à lui, révélé au cours de son intervention que la protection et la valorisation des droits humains constituent pour l’organisation une priorité dans la formation de ses membres. « Nous sommes essentiellement constitués de communautés traînant les tares d’une étape de l’évolution de l’humanité. Nous voulons contribuer à restaurer la dignité dans à notre société. Et nous sommes convaincus que la justice pour tous et pour toutes, sans se préoccuper de la descendance est la voie royale pour entrer définitivement dans l’arène moderne » a déclaré le président de l’association « TEMEDT ». Pour lui, autant l’association a pour but de contribuer au développement de notre pays et à la consolidation de la paix (tant ballottée, a-t-il dit, ces dernières décennies), autant elle aspire également à créer « les conditions objectives et subjectives indispensables à l’éradication des marginalisations et des discriminations, notamment celles basées sur l’ascendance tel que l’esclavage ». « Il est impossible, a ajouté le responsable de l’association, de l’éradiquer sans le dénoncer et comprendre ses multiples facettes dans notre société. Les discriminations et les stigmatisations servent de base pour trancher la plupart des problèmes, à tous les niveaux de la société et de la gestion des affaires. TEMEDT voudra d’abord aider ses membres à maîtriser les instruments de droit disponibles et savoir s’en servir » a déclaré M. Akeratane. Qui a profité de la tribune pour rendre un vibrant hommage à des individus victimes, malheureusement encore, de formes d’esclavage, et a souhaiter que justice leur soit rendue. Il s’agit notamment du jeune garçon Moumou, enlevé le 4 septembre dernier à Kidal à l’age de 3 ans, (devenu esclave par ascendance, même né libre) et de Akadaye Ag Abdoulaye, mort le 21 janvier 2005 suite à une rafale reçue alors qu’il a voulu retirer son neveu Tamtché à son « maître ». Comme pour dire que jusqu’à preuve du contraire, l’esclavage demeure dans certaines localités du Mali, en violation flagrante des dispositions prévues dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. 

Par Issa Fakaba SISSOKO, tiré de L’Indicateur du Renouveau n° 350 du jeudi 17 janvier 2008. 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Les anciens de cusset Rhône |
la difference entre les gens |
Vae Victis, Malheur aux vai... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SEL de la Forêt de l'Hautil
| Cantine Califontaine
| A2Main(s) Chantier d'Insertion